Mélissa Dardaine

Retrouvez l'ensemble de nos actualités, nos publications ainsi que nos événements
7 décembre, 2021
Comment sécuriser l’humain face à la machine

Comment sécuriser l’humain face à la machine

Dans ce monde où la production se doit d’être efficace et sécuritaire, comment sécuriser l’interaction entre l’humain et la machine ? Telle est la question, et la réponse peut sauver des vies. Depuis que l’humain a découvert la roue, il n’a cessé de complexifier la machine afin de se simplifier la vie et de gagner en efficacité. Aujourd’hui, l’interaction entre l’humain et la machine est rendue fort complexe et l’humain ne peut plus se passer de la machine tant pour satisfaire ses besoins que pour assurer le niveau de confort qu’il a tant recherché. Lorsque l’on aborde le thème de la prévention des accidents en regard de la relation entre l’humain et la machine, deux activités de prévention et de […]

Click here to view original web page at travailetsante.net

7 décembre, 2021
Quel est l’effet de l’évolution de la main-d’œuvre et des taux de fréquence sur l’évolution du nombre de lésions professionnelles acceptées au Québec ?

Quel est l’effet de l’évolution de la main-d’œuvre et des taux de fréquence sur l’évolution du nombre de lésions professionnelles acceptées au Québec ?

Depuis la fin des années 1980, le nombre de lésions professionnelles avec perte de temps suit une tendance à la baisse, selon les dernières données publiées par l’Association des commissions des accidents du travail du Canada. Au Québec, pour la période 1989-2017, cela représente une diminution de 66,2 % du nombre de lésions, de 218 700 cas à 73 900. Une équipe de recherche de l’IRSST a analysé, à partir de données des périodes 2005-2007, 2010-2012 et 2015-2017, comment l’évolution de la répartition relative des effectifs de main-d’œuvre, du nombre annuel moyen d’heures travaillées et des taux spécifiques de fréquence des lésions ont pu influencer l’évolution du nombre de lésions professionnelles déclarées et acceptées à la CNESST. Parmi leurs constats, ils ont remarqué que c’est la baisse des taux spécifiques de fréquence en équivalent temps complet (ETC) par industrie, catégorie professionnelle, sexe et âge qui explique la plus grande […]

28 avril, 2021

Combien de temps vos mesures correctives sont-elles efficaces ?

Un événement survient. L’enquête et analyse d’accident (EAA) est réalisée et des mesures correctives sont ciblées. Les voici:

« J’ai dit à l’employé de faire attention à… »
« J’ai rappelé le risque au travailleur.. »
« J’ai fait un coaching sur… »

Voilà une situation courante qui amène une question. Quelle est la pérennité de la sensibilisation pour gérer les risques ?
2 minutes, 2 heures, 2 jours, 2 mois ?… que reste-t-il dans 2 ans ? Rien (spécialement avec du roulement de main d’oeuvre, des retraites, etc)

Lorsque l’on choisit des mesures correctives, il est fondamental de considérer leur efficacité et leur pérennité puisque l’on doit protéger 100% des gens en tout temps. 

L’élimination et la réduction à la source sont toujours à privilégier. Lorsque l’on doit gérer les comportements humains, il faut assurer la pérennité des actions en les systématisant . Ce la signifie: définir des rôles

25 mars, 2021

Responsabilités de gestion et analyse de risques

Quand le même accident se répète comme le jour de la marmotte…

Eh oui! C’est arrivé il y a 2 ans, l’année dernière aussi et le voilà encore cette année.

Mais pourquoi ce même événement se répète-t-il donc avec la précision du toc d’une horloge? Tout simplement parce que l’on n’en a pas réglé les CAUSES FONDAMENTALES.

Pourquoi n’adressons nous pas les CAUSES FONDAMENTALES? Fort probablement parce que l’on ne les trouve pas et que nous sommes convaincus que 90% des accidents sont liés aux « comportements non-sécuritaires » des employés.

Qu’arrive-il quand on focus purement sur le comportement des employés? ON NE RÈGLE PAS LES CAUSES FONDAMENTALES et les événements se répètent…

Un exemple?

Un employé tombe dans un trou. Vous pouvez lui dire de faire attention (comportement individuel), toutefois, ce qui assurera que personne ne tombera plus jamais dans le trou est de boucher le trou, ou

23 février, 2021

6 étapes : l’analyse de risques simplifiée

 

 

6 étapes : l’analyse de risques simplifiée

  1. Définir les postes et tâches associés

Il est primordial d’analyser votre environnement de travail. Cela passe par l’étude de chaque poste de travail, en y associant des tâches spécifiques. La nature de certains postes et de certaines tâches les rend plus propices à susciter des accidents lors de leur utilisation quotidienne. Afin d’identifier au mieux ces derniers, il est primordial de bien connaitre leurs fonctions.  

La clé de cette étape ? Établir des priorités. Économisez du temps, de l’énergie et de l’argent en sélectionnant préalablement les postes que vous voudrez analyser. 

 

 

 

  1. Identifier le risque pour chaque tâches et machines 

Il s’agit simplement de lister tous les risques possibles, sans vous soucier de leur niveau de gravitéInventoriez tous les risques spécifiques et les dangers présents relatifs au tâches et machines que

23 février, 2021

Responsabilités de gestion et analyse de risques

Pourquoi faut-il faire des analyses de risques ? Tout simplement parce que la santé et sécurité est de la gestion de risques. De plus, on ne peut pas gérer ce que l’on ne connait pas.

Est-ce une option de le faire ? Non c’est une obligation très claire de la LSST à son article 52 :

L’employeur dresse et maintient à jour, conformément aux règlements, un registre des caractéristiques concernant les postes de travail identifiant notamment les contaminants et matières dangereuses qui y sont présents et un registre des caractéristiques concernant le travail exécuté par chaque travailleur à son emploi.

Il est donc important de garder en tête que :

 → Si vous n’avez pas d’inventaire de vos risques, vous ne savez tout simplement pas ce que vous avez à gérer

→ Si vous n’avez pas défini de priorités à vos risques, vous êtes tous simplement en